Les pages

30 juin 2015

#challengeAZ - Zoza SOSA



Zoza

C'est en Corse du Sud, mais je triche encore une fois car à part être une commune qui commence par la dernière lettre de l'alphabet ...Points d’ancêtres sur l’île de Beauté.
Point de SOSA à Zoza

Des SOSA, des ancêtres en ligne directe, mon logiciel de généalogie me dit que mon arbre en comporte 1349 distincts. Ce qui ne signifie pas grand chose car comme fréquemment, deux ancêtres sont nés de père inconnu, c'est à la sixième génération, les deux arrière grands pères de mon père
  1. En 1832 nait Jules Joseph LIEVREMONT (notre douanier de la lettre J) est fils de Claudine Félicité
  2. en 1845 Charles David MONAMY est fils de Suzanne Catherine que nous avons croisé entre Reims et Rethel ...
Sans compter les implexes , notamment dans l'Aveyron à Millau, mais aussi à Vialas en Lozère ...
Ainsi à la 8e génération, la théorie voudrait 254 ancêtres cumulés distincts, et j'en ai 212 et ainsi de suite mais au delà de la 8e génération je n'ai pas (encore) trouvé tout le monde.

Vous avez dit SOSA ?

 En généalogie ascendante on parle de numérotation  Sosa-Stradonitz
3 siècles, 3 personnages :
  1. Michel Eyzinger, historien autrichien du XVIeme siècle
  2. Jérôme de Sosa, franciscain espagnol du XVIIeme siècle
  3. Stephan Kekulé von Stradonitz, généalogiste allemand du XIXeme siècle
on attribue le numéro 1 au de cujus (individu souche de l'arbre) , qu'importe le sexe. Le père reçoit un nombre égal au double de cet individu et la mère, le double + 1


Cela permet de se repérer , mais  si on change l'individu souche, toute la numérotation change également. Pendant des années j'ai distingué les branches maternelle et paternelle en prenant comme individu de départ ma mère d'un côté et mon père de l'autre .... Jusqu'à récemment où j'ai réuni les deux arbres en me mettant en "de cujus" ... Heureusement les logiciels de généalogie calculent pour vous la numérotation.
Autre limite, il s'agit de généalogie ascendante , la numérotation ne tient pas compte des collatéraux.

Il existe d'autre numérotation .... Voir l'article "numéroter" sur wikigenweb





29 juin 2015

#challengeAZ - Yzeure ... Quand l'épouse est un fantôme

 

Yzeure (Allier)



Yzeure, c'est la ville des archives départementales de l'Allier
Et dans ce département tout au sud ouest il y a Marcillat-en-Combraille et des fantômes qui se marient
 ....
Parcourant les registres en ligne de Marcillat en Combraille au XIXeme siècle, je relève un mariage de Marie Louise BEAUNE et Philippe LHARDY en 1886 :




Elle est fille de Jean BEAUNE et de Jeanne TARDIVAT. C'est une descendante du couple Jean BEAUNE et Marie PETITET
sur cet acte de mariage, sa date de naissance est indiquée , le 23 mars 1865
J'ai bien trouvé l'acte de naissance dans les registres ... 

  
Mais petit soucis, elle décède 10 jours plus tard !


-
Qu'à cela ne tienne, j'ai cherché les enfants du couple Jean BEAUNE et Jeanne TARDIVAT :
  1. Julien, le 15 septembre 1863
  2. Marie Louise, le 24 mars 1865
  3. Isabelle, le 23 février 1866
  4. Michel, le 17 mars 1868
  5. Antoine, le 22 septembre 1870
  6. Henriette, le26 octobre 1873
  7. Marie Philomène, le 03 octobre 1875
Pas d'autre Marie Louise, et Marie Philomène, née en 1875 ne peut se marier en 1886.

Je décide de consulter les recensements qui sont aussi en ligne - 6M 170 1 et 6M 170 2
en 1872, nous les trouvons vue n°21 / 35 - au lieu dit Lavillatte avec une Marie née en 1866 mais pas d'Isabelle
en 1876 , la famille est au complet, toujours avec Marie et sans Isabelle. vue 19 / 36 - lieu dit les Forges, n° 13
en 1891, Marie et son époux Julien LHARDY, et leur fille, Alice, sont au Bourg, n° 77, vue 2 / 36


Par acquis de conscience, je vais consulter l'acte de naissance d'Isabelle BEAUNE, sait on jamais , que ce soit Marie Louise Isabelle ... Mais à la lecture (acte 10) , pas d'autre prénom que celui d'Isabelle. Visiblement dite Marie. Elle est décédée en 1896, le 4 août, toujours sous le prénom de Marie.



Conclusion

Encore une fois, 100 ans plus tard, la date de naissance de l'épouse correspond à celle de sa soeur décédée (les cas précédents en début XIXeme, donnaient la date de naissance d'un cousin) . Et s'il est très fréquent qu'un prénom, une date de naissance soit erronné, mais pas qui corresponde à un parent homonyme. Je n'avais jamais rencontré ce cas de figure qui semble relativement fréquent à Marcillat
Par curiosité j'ai consulté la naissance de Alice LHARDY (acte 30) fille donc de Marie et de Julien LHARDY, née en 1894 ... Nous ne sommes plus à un prénom près ... Car la mère d'Alice devient ... Jeanne BEAUNE. Et non, Julien LHARDY n'est pas remarié ! Puisqu'il ne sera veuf qu'en 1896.

Retrouvez la famille BEAUNE en détail sur mon site : le double mariage de 1761 et Marie Louise en 1865 

27 juin 2015

#challengeAZ - Xamontarupt



Xamontarupt

 
Xamontarupt, village de 156 habitants en 1946, dans les Voges. Je triche en fait car je vais aborder effectivement les Vosges, mais pas Xamontarupt... Simplement je n'avais pas de lieu pour la lettre X ...

Joseph Jules Léandre LIEVREMONT  



  1. Il est né en 1872 à La Planée dans le Doubs (voir la lettre J)
  2. Il épouse en 1899 à Pontarlier Louise Gilberte LAGRANGE venue de l'Allier, qui décédera très jeune en 1903
  3. Il épouse en secondes noces, en 1907 à Pontarlier, Marie Alice SUNDERER qui est native de Cerny (Haut-Rhin)
  4. En 1919 le couple habite Belfort
  5. En 1922, Marie Alice n'a pas 40 ans, qu'elle décède au Thillot dans les Vosges
  6. Enfin c'est en 1951 que mon arrière grand père décède au Thillot

et aussi ...

26 juin 2015

#challengeAZ - What else ? Why not ?

 

  What else ? Why not ?



Quelque part ... Dans mes pensées ...


- What else ?
- a blog ?
- why not ?
Quoi d'autre ?
Peut être un blog .... Pas encore tout à fait convaincue ... Mais
Pourquoi pas ?

Je suis d'accord, léger léger le W , mais demain rendez-vous dans les Vosges, et surtout, lundi direction l'Allier et son fantôme ...

25 juin 2015

#challengeAZ - Vialas, encore un nid

 

Vialas (Lozère)

Quittons à nouveau le Doubs pour descendre en Lozère, à Vialas exactement.à la limite du département du Gard, à quelques kilomètres de Génolhac




Vialas est aussi un de mes nids généalogiques, berceau des PLATON




Nadal est le plus ancien de la lignée. Dans mon arbre comme son fils et son petit fils ils sont porteurs de 6 numéros SOSA;
"A l'instar d'un illustre personnage de la bible (lettre aux Hébreux 7,3) nous ignorons ses origines, il passe un acte dès 1619 et teste en 1653 à Tourières dans la maison de Jean VIGNE qu'il tient en location. Il est l'auteur d'une puissante descendance qui rayonnera qui rayonnera dans toutes les moyennes cevennes, surtout dans la vallée du Luech"
Page 158 de l'ouvrage de l'Abbé ROUX sur la communauté de Vialas
J'ai entrepris à temps perdu, de recenser les descendants de Nadal, Lozère, Gard évidemment, mais aussi Marseille ...On a déjà croisé Auguste Julien décédé en Algérie, Odilon Clodomir et son parcours de garde mine ...
C'est un pari un peu fou, il n'y aura jamais de fin mais qu'importe.
Pour concrétiser ce projet j'ai ouvert un profil geneanet nplaton48

et aussi ...

23 juin 2015

#challengeAZ - Usiers, Val d' ...un nid

 

Usiers (le Val d')

 
Les LIEVREMONT, CATTET, NICOD .... sont originaire du Val d'Usiers. Situé à une quinzaine de km au Nord-Ouest de Pontarlier. Goux-les-Usiers, Bians-les-Usiers et Sombacour sont les trois villages qui composent le Val d'Usiers.


Le plus ancien LIEVREMONT en ligne directe est Jean Baptiste LIEVREMONT, probablement né vers 1698 à Goux, mais les lacunes des registres paroissiaux ne me permettent pas de progresser pour le moment. Ni de lier les deux branches LIEVREMONT de Goux :   



Pas plus que je n'arrive à faire de lien avec les LIEVREMONT d'Ouhans :




Ouhans ne fait pas partie du Val d'Usiers mais il n'est qu'à quelques kms au nord.

les lacunes




Plus de 40 ans de lacunes pour Goux et Bians-les-Usiers ....

Recensements 1911

Mais enfin comment mon grand père Léon LIEVREMONT a t-il pu rencontrer Amanda MONAMY native d'Allenjoie ? ... Réponse par les recensements de Bians-les-Usiers de 1911 :




Mon arrière grand mère en tant qu'institutrice après avoir été en poste à Allenjoie, au Blémont,à Lac en Villers, elle est à Bians ...
Avec une trentaine de SOSA, le Val d'Usiers est un des nids généalogiques de mon arbre

et aussi ...

#challengeAZ - T ou TT

T et TT

 

série T

Quelque part dans les rayonnages des archives départementales, la série T ...

Enseignement général. Affaires culturelles. Sports (1800-1940) Tel est l'intitulé du cadre de classement des AD pour la série T

C'est à la sous série 1T qui m'intéresse particulièrement car mon arrière grand mère, Marie Amanda CUGNEY est née en 1860 à Beaucourt dans le Territoire-de-Belfort, fille de Louis Georges CUGNEY et de Marianne PARROT (SOSA 23) horlogers. Deux de ses frères sont aussi horlogers, elle sera institutrice.
  • J'ai cherché son dossier de carrière aux AD 90 ... Recherche vaine je ne l'ai pas trouvé ni dans les Fonds de la Préfecture, ni dans les Fonds de l'Inspection académique
  • J'ai ensuite consulté l'inventaire des "Dossiers de carrière des instituteurs et institutrices nés avant 1900" (IA) aux AD du Doubs, mais toujours pas de Marie Amanda CUGNEY ni MONAMY ...
  • Puis je me suis souvenue de la malle de la grand mère. Mon père se souvenait que tout petit dans le grenier il y avait la malle de sa grand mère, qu'il n'a pas connu. Cette malle aurait fait le voyage à New-York où elle serait allé comme "gouvernante".Reprenant son acte de mariage, il est dit "sans profession" . Nous sommes alors à Vieux-Charmont (Doubs) le 8 novembre 1890
  • Elle fut pourtant institutrice : voici un extrait du Journal Officiel de la République française. Lois et décrets - 1920/12/14 (Année 52, N°340)
"par décret du 7 décembre 1920, sur le rapport du ministre des finances, les 67 pensions civiles ci après sont approuvées :





Je laisse ici mon arrière grand mère institutrice dans le Doubs pour descendre en Lozère. Pas d'instituteurs dans la famille de ce côté là mais je tenais à signaler toujours en série 1T, les monographies communales que les AD 48 ont mis en ligne.

présentation du fonds

"La majorité de ces documents (421 notices sur 427) représente les réponses des instituteurs à deux enquêtes départementales lancées par l'inspection d'académie en 1862 et en 1874. Chaque instituteur devait décrire en détail sa commune d'exercice : toponymie, démographie, géographie physique, économie, histoire et faits importants….
Pour y accéder c'est ici

série TT

On quitte le cadre de classement des AD pour aller au CARAN à Paris
la série TT est consacré aux "affaires et biens des protestants"

et aussi ...

  • Pour consulter l' inventaire détaillé de la série T du Doubs
  • et l'état des fonds détaillé de la série T du Territoire de Belfort

22 juin 2015

#challengeAZ - Savières ou Surançon

 

Savières ou Surançon : Montbéliard terre d'accueil des protestants ...


de Présentevillers vers la Champagne .. 

 

Cela fait bien longtemps que je connaissais l'existence de Anne GILLON, épouse de Antoine MOUHOT et mère de Anne Marie MOUHOT de Présentevillers, qui épousera en 1733 Jean George MONAMY de Nommay.
Bien plus récemment, la lecture de son mariage en 1686 à Présentevillers m'apprend qu'elle vient de Sauniers proche de Troyes en Champagne

1686 - Anthoine MOUHOT X Anne GILLON

 1682 - baptême Marguerite GILLON

Toujours à Présentevillers, en 1682 Marguerite fille d'André GILLON est baptisée, parents originaire de Suranson proche de Troye en Champagne ...

Savières et Suranson

Sauniers ? Suranson ? j'ai beau chercher ... Je ne trouve rien dans l'Aube ... A qui s'adresser sinon à des passionnés de généalogie de l'Aube ? je pose ma question et ... très vite j'ai appris qu'il s'agissait de Savières et non Sauniers, et que Suranson est un hameau de Vilemoiron-en-Othe.



De fil en aiguille je retrouve Oudard GILLON et André son frère, mais aussi Judith leur soeur ... Ce sont les enfants de Sébastien GILLON et de Marie VERRIER, tous deux décédés avant 1671.

des protestants ...

Je ne vais pas refaire ici l'histoire du protestantisme, nombreux sites existent ..., dont le musée virtuel du protestantisme, Le pays de Montbéliard est terre d'accueil des exilés protestants bien avant la r&vocation de l'édit de Nantes en 1685, .
En 1558, l'église réformée de Troyes, calviniste, a pour lieu de culte ce qui sera la future paroisse de Wassy (Haute-Marne), en 1566 l'unique lieu de culte est à Céant-en-Othe (Bérulle), puis à Saint-Mards dans le château de Oudard PIEDEFERT, en 1615, le temple fut édifié proche de l'église paroissiale, très vite il s'est retrouvé à l'extrémité du bourg.
Il existe en fait au moins un, sinon deux autres lieu de culte dans l'Aube : Landreville (1) et peut être Valentigny.
Le temple de Landreville fut détruit en 1678 et celui de Saint-Mards en 1685. Et la Révocation entraîna la "disparition" officielle du protestantisme dans l'Aube..
""A la suite de la révocation de l'édit de Nantes, il y a eut des abjurations de quelques uns des réformés, notamment à Aix. Ces abjurations, contenues aux registres des baptêmes, eurent lieu, surtout après une expédition en régle, dans la contrée d'Othe, d'un membre de l'Eléction, assisté de sn greffier, et accompagné de 17 archers de la maréchaussée et de 10 archers de la robe courte. Néanmoins, les actes disent que les abjurations sont faites sans aucune contrainte."

de la Champagne vers le Comté de Montbéliard

Le baptême de Marguerite GILLON est le premier acte que j'ai retrouvé pour cette famille, il date de 1682. Ils sont donc partis avant la destruction du temple de Saint-Mards-en-Othe en 1685
Les 3 enfants de Sébastien GILLON viendront dans le Comté de Montbéliard,
- Judith, X Louis GRISIER, leur petite fille Sara GRISIER nait en 1697 à Beutal et a pour parrain Abraham GILLON, son oncle
- André X Catherine FROMONT avec 11 enfants dont 4 nés dans l'Aube. Je n'ai pas retrouvé pour le moment leur descendance.
- Oudard X Marie FOREST, il est décédé en 1678 à Savières, ce sont ses enfants Anne, Louis, Oudard et Marie qui s'y sont installés. J'ai retrouvé Marie FOREST, vivante en 1712 à Sainte-Suzanne, dans la "déclaration des terres situées au finage de Ste Suzanne"

(1) Rémi DUBUISSON, mémoire de Maîtrise, "L'Eglise réformée du Barséquanais à la fin du XVIIe siècle, une communauté face à l'étranglement et face à la répression ouverte", soutenu à l'Université de Paris I sous la direction de Mme Lemaître et de Mme Magdelaine.

et aussi ...

  • Saint-Mards-en-Othe en Champagne
  • "essai de statistique sur le canton d'Aix-en-Othe", M.Monchaussé - page 363 des "Mémoires de la société d'agriculture, des sciences, arts et belles-lettres du département de l'Aube.- Tome XXII de la collection, année 1858

20 juin 2015

#challengeAZ - Reims ou Rethel

 

Reims ou Rethel

Une des petites filles de Marianne PARROT est Suzanne Catherine MONAMY fille de Jean Georges MONAMY et de Suzanne POURCHOT, elle est née à Nommay en 1822.
Je ne lui connais que deux fils, mais il n’est pas impossible qu’elle ai eu d’autres enfants … .




.
  1. 1845 - naissance de Charles David, à Nommay (Doubs)
  2. 1849 - naissance de Jacques François à Héricourt (Haute-Saîne)
  3. 1864 - Charles David MONAMY lors de son mariage est domicilié de fait à Nommay et de droit à Rethel dans les Ardennes où réside sa mère
  4. 1877 - c'est de Reims qu'elle donne son consentement au mariage de son fils Jacques François Monamy.




. Elle me facilite ce ChallengeAZ 2015 puisque Reims ou Rethel commencent par la lettre R, plus sérieusement, je perds sa trace alors qu'elle n'a que 55 ans ...Très léger comme chronologie

et aussi ...

  • Pour consulter la rubrique histoire sur le site officiel de la ville de Rethel

19 juin 2015

#challengeAZ - 3Q où comment j'ai retrouvé un décès

 

tables de successions et absences

Quelque part dans les rayonnages des archives, le fond de l'enregistrement et des hypothèques ...en série Q


Mais où donc est décédé Louis Georges CUGNEY ? L'époux de Marie Anne PARROT (SOSA 23) le grand père de Clara Maria CUGNEY qui est décédée dans l'Hérault ?
Marie Anne PARROT est décédée à Hérimoncourt en 1906 et elle est veuve. quant vivait son époux était horloger à Bethoncourt ...Très bien, il me suffit de consulter les tables décennales, en ligne, du Doubs. Mais j'ai beau chercher, pas de décès à Bethoncourt avant 1906.
Après une promenade hasardeuse dans les TD du Doubs des communes alentours ...Je m'en remet aux tables de successions et absences ...
Cela se cherche au bureau d'enregistrement du canton de résidence de la personne. Après plusieurs bureaux en vain ... bonne pioche au bureau de Montbéliard ! ( Cote 64Q304 ) . et ... Il est décédé à ...Allenjoie en 1895
Certaines AD les mettent en ligne et c'est bien pratique pour retrouver un décès comme celui de Louis Georges CUGNEY ou de Simon Albin MALONTET. Arrière petit neveu de Pierre MALMONTET (SOSA 116 à la 7e génération).




Sur son dossier de légion d'honneur il est indiqué décédé en 1882 mais pas de lieu ... Natif de Montpellier je consulte donc en ligne les tables de successions et absences de l'Hérault. Et je commence par le bureau de Montpellier. Et je le trouve !
La page de gauche m'apprend qu'il était marié (époux Delpuech), me donne la date exacte du décès (19 avril 1882) et qu'il est accidentellement décédé au Vigan, domicilié à Montpellier. Celle de droite, m'indique les héritiers ...




et aussi ...

17 juin 2015

#challengeAZ - Puy de Dôme par hasard un garde mines

 

Puy-de-Dôme

Mon arrière grand mère paternelle Marie Louise LAGRANGE est originaire de l'Allier et parmi ses aieux, certains viennent du Puy-de-Dôme, mais ce ne sera pas de ceux-ci dont je vais vous parler.

C'est à Clermont-Ferrand qu'est né Louis Frédéric Odilon PLATON, en 1879. C'est l'un des descendants du couple Pierre André PLATON et Marie PONGE, mariés à Vialas en Lozère en 1730. Son père est donc aussi un cousin éloigné de Auguste Julien PLATON déjà évoqué.




Clodomir Odilon PLATON et Caroline SCHREIMER ont au moins 7 enfants, l'ainé n'ayant vécu que 13 mois. Les deux ainés sont nés en Algérie, puis retour aux sources, en Lozère et enfin Clermand-Ferrand dans le Puy-de-Dôme :
.
  1. Conrad Louis Eugène, 1860 Bône 1861 - Ahmed Ben Ali
  2. Jeanne Caroline Tirza, 1863 Jemmapes
  3. Edouard Louis Eugène, 1869 Vialas
  4. Charles Odilon Jules, 1871 Vialas
  5. Ernest Paul Emile, 1874 Le Collet-de-Dèze
  6. Louis Frédéric Odilon, 1879 Clermont-Ferrand
  7. Marthe Juliette Emilie, 1882 Clermont-Ferrand
Par hasard j'ai découvert l'"inventaire des dossiers individuels des contrôleurs des mines" - Dossiers conservés aux archives nationales et à la lettre P :


Le premier feuillet résume son parcours. Le tout comporte 44 feuillets.





et aussi ...

  • Pour consulter l' inventaire détaillé des dossiers individuels des contrôleurs des mines

#challengeAZ - Oran, la colonie agricole de St-Cloud, et ailleurs

 

Oran



Localisation très approximative


Saint-Cloud

M. Le sous-préfet, je vous informe que M. Le ministre de la guerre a admis comme colons agricoles dans la division d’Oran à défaut de vacances dans la division d’Alger : les cultivateurs de la commune de Goux dont les noms suivent :
  • BRUCHON, avec sa femme, son enfant est un domestique
  • GRILLET, avec sa femme et 3 enfants
  • LIEVREMONT, avec sa femme et 6 enfants
  • LONCHAMPT, avec sa femme et 6 enfants
  • MASSON, avec sa femme et 2 enfants
  • MOUSSEL, avec sa femme et un enfant
  • PERNET, avec sa femme et 6 enfants
Je vous adresse pour ces nouveaux colons des permis de passage gratuit et des certificats d’admission. Je vous envoie en même temps leurs dossiers qu’ils doivent emporter. Ils auront aussi à se munir deux leurs instruments aratoires, notamment de leur charrues. Leurs bagages dont le transport et à leur charge jusqu’à Marseille, seront embarqués gratuitement avec eux.
Veuillez bien leur donner avis de ces dispositions, en leur rappelant qu’une fois en Algérie ils n’auront aucune subvention a réclamer de l’etat, et que c’est à l’aide des ressources qu’ils déclarent posséder qu’ils devront s’installer et pourvoir à leur entretien et leur nourriture jusqu’à la récolte. Il importe donc que ses ressources soient réelles et réalisée au moment du départ.
M. Le ministre a remarqué à ce sujet qu’il résulte des certificats de M. Le maire de Goux que tous les demandeurs lui ont présenté au moins 1000 francs en espèces. Je ne doute pas que ce fonctionnaire ait acquis la certitude que cette somme appartenait réellement aux détenteurs et qu'elle était libre de toute dette. Le fâcheux précédent qui nous a été signalé au mois de mars dernier m’autorise à vous prier de me faire remettre les autorisations de départ aux demandeurs qu’autant qu’il en serait ainsi.

 
Texte du 15 avril 1852 portant sur la colonisation de l’Algérie et émanant de la préfecture du Doubs.


J’ai retrouvé la famille LIEVREMONT partie en Algérie. Il s’agit de Claude Casimir frère de LIEVREMONT Claudine Félicité, arrière grand mère de mon grand père. Claude Casimir est né à Goux-les-Usiers en 1803, il s'y marie en 1832 avec Victorine PARIAUD. J'ai recensé 9 enfants du couple, dont 3 morts en bas âge. Les 6 enfants partis en Algérie sont :
  1. Jean Baptiste, né en 1836
  2. Adélaïde Augustine, née en 1839
  3. Alphonse, né vers 1843
  4. Joseph, né en 1847
  5. Marie Héloïse, née en 1848
  6. Léon, né en 1854
Ils s'installeront à Saint-Cloud, (l'une des 39 colonies agricoles). Adélaïde Augustine épousera en 1857 à Arzew Louis Charles DELATTRE et décédera en 1864 à Blidah. Et Marie Héloïse épousera en 1879 Michel DUVAL, à Saint-Maur-des-Fossés (Val de Marne). Quant aux autres enfants, j'ai perdu leur trace. Claude Casimir, le père, est entré à l'hôpital militaire le 30 décembre 1852, pour décéder le lendemain des suites de dysenterie chronique, son épouse est décédée avant 1864.

Cerez

En Algérie toujours mais à l'opposé d'Oran puisque dans la région des Hauts Plateaux, c'est à Cerez que je trouve Charles Emile PARROT et son épouse Catherine Elisabeth GOLL, mariés à Audincourt en 1852. Leur fils, Charles Emile, né en 1858 à Audincourt épousera Béatrice MAGNE, à Cerez en 1892.Son père y décédera en 1900. Et Charles Emile PARROT est descendant du couple Huguenin PARROT et Alizon FALLOT


Hussein Dey

Enfin C'est à Hussein-Dey (depuis le début du XXeme siècle, quartier d'Alger) que décède en 1901 Auguste Julien PLATON.




Veuf en première noce d'Isaline VACHER, il épouse Victoire Colombe BALMELLE native de Berrias (Ardèche). Il est domicilié à Bône (Algérie). J'ai trouvé la naissance d'un fils en 1882 à Souk-Ahras, et d'une fille; en 1885 à Zarouria, Ils n'ont vécu que quelques mois.


et aussi ...

16 juin 2015

#challengeAZ - Nimes

 

Nîmes (Gard)

Quittons Millau et rendons nous à Nîmes, lieu de naissance d'Auguste Julien PLATON et de sa soeur Héloïse Catherine. Ce sont les arrières grands parents de ma mère. Mais la branche PLATON vient de Lozère.en passant par Genolhac.







Ma mère est née à Nîmes, et le hasard n'y est pas pour grand chose : ses parents et grands parents y sont nés aussi.

BRIANÇON

En 1847 lors de son mariage avec Héloïse Catherine PLATON, Paul BRIANÇON est propriétaire à Boucoiran (village à une trentaine de km au Nord de Nîmes). Il s'installe alors à Nîmes, cuisinier en 1848, dès 1850 il est qualifié de baigneur. On le trouve dans l'"annuaire du département du Gard" de cette même année, page 885






En remontant les générations je reste pour cette branche dans le Gard.

VACHER

Isaline VACHER est née en 1842 à St-Jean-du-Gard, Côté paternel je vais rapidement en Lozère, puisque c'est la petite fille de Marie Anne CHABROL, notre lozérienne introuvable (lettre F) . Côté maternel en revanche, je reste essentiellement dans le Gard, et notamment à Saint-Jean-du-Gard. Elle s'y marie en 1862 avec Auguste Julien PLATON, et décède en 1864 dans la maison de son père. Elle a 22 ans. La seule trace de son passage à Nîmes est la naissance de leur fille, Emma Héloïse PLATON en 1863.

BONNAL

Jean BONNAL est né à Sauzet en 1817. Il a une dizaine d'année quand son père, veuf, épouse Marie FAVIER en 1828 à Nîmes où il réside. Il resteront à Nîmes, le père y décédera relativement jeune en 1834, et le fils épousera Anne CHABAUD en 1849. Une fois à Nîmes ils sont marchands de cuir, commis voyageur de commerce ... Et en 1930, c'est la faillite : encart paru dans "Archives commerciales de la France ..." 21 mars 1930 (page 1744)




Cette branche quitte rapidement Sauzet mais reste en bonne partie dans le Gard, avec incursion en Lozère et en Ardèche.

CHABAUD

Anne CHABAUD est née à Nîmes en 1827.Son père est tanneur, son grand père tafetassier à Nîmes.Les CHABAUD viennent de Blauzac dans le Gard. Les ancêtres d'Anne sont majoritairement dans le Gard, avec quelques incursions ici aussi en Lozère et Ardèche. Et pour certains à Nîmes même, les NICOLAS et les BERBEZIER entre autre ...
Pour l'anecdote, c'est la grand tante du peintre Auguste CHABAUD.que ma mère a croisé enfant.

et aussi ...

  • Pour découvrir Nîmes Les cahiers d'histoire de Nîmes -
  • musée Auguste CHABAUD

15 juin 2015

#challengeAZ - Millau et ses implexes, ses mégissiers aussi

 

Millau  (Aveyron)

Mon arrière grand-mère maternelle, Jeanne Marie CARRIERE, est née à Millau dans l’Aveyron. Ses parents sont cousins germains tant coté paternel que maternel, implexe et consanguinité s’invitent rapidement dans cette branche.
A la 7eme génération le taux d’implexe frôle les 50 % et on est toujours à Millau, toutes branches confondues. A la huitième, pour certains, on quitte Millau pour Saint-Affrique et Saint-Rome-du-Tarn, toujours dans l’Aveyron




Le travail de la peau est une tradition à Millau qui n’échappe pas à mes ancêtres, Et parmi la lignée directe j’ai 9 blanchiers, 2 mégissiers, un tanneur,
les blanchiers sont des tanneurs de petites peaux. Ancien terme qui correspond à mégissier, qui est celui qui apprête les peaux principalement d'ovins et de caprins à l’exclusion des grosses peaux de bovins dont s'occupent les tanneurs.
Mais aussi 7 chapeliers, 4 bastiers … (Fabricants de bâts (selles) pour les bêtes de somme), des marchands ... Et le plus ancien MALMONTET, Mathieu, teste en 1666 , il est alors qualifié de rentier de la Métairie du Mas Huc appartenant au Grand Hôpital de Millau

Ce serait Antoine GUY qui serait à l'origine de la ganterie de Millau. Protestant né vers 1725 à Millau, il se réfugie à Bâle puis apprend le métier de gantier à Grenoble, avant de l'introduire à Millau à son retour.
les arrières grands parents, portent 6 numéros sosa chacun. Ci dessous pour situer Antoine GUY, un arbre très allégé





Et voici Jeanne Marie et son père, Jean Hector CARRIERE :





et aussi ...

  • Vous avez dit implexe ?
  • "La ganterie de Millau d'origine grenobloise" article de Victor ADVIELLE paru dans le Bulletin de l'académie delphinale - 3eme série tome 2 - 1866 - consultable sur galica (vue 318 et suivantes)

13 juin 2015

#challengeAZ - Lods et le tonneau

 

Lods  (Doubs)

Lods, village au bord de la Loue, situé à une quarantaine de km au sud est de Besançon, à 12 km du village natal du peintre Gustave COURBET, Ornans.




Avec 338 habitants en 1975, enfants lors de vacances chez mes grands parents, une autre famille portait le nom de LIEVREMONT. Intriguée mais sans plus, il se disait que les deux familles n'avaient aucun lien. Et trente ans après je peux prouver le contraire... Certes pour trouver l'ancêtre commun il faut remonter quelques générations ...



Je ne m'en souviens pas et pour cause si j'avais quelques mois ... guère plus ...Mais la dame qui vendait les créations artisanales (ferronnerie) de mon père, dans le tonneau, c'était ma mère ...


et aussi ...